Quatrième génération : histoire de ma famille à vélo

1922 - De gauche à droite : Jeanne Rigaud, mon arrière grand-mère, dans le "Carosse". Son mari Emile Rigaud est au milieu, encadré de leurs deux fils, Gildas, mon grand-père, et Fernand. Ce cliché est pris par un professionnel : Jeanne a des fleurs dans les bras et les trois hommes ont les deux pieds sur les pédales (la triplette tient l'équilibre grâce aux deux roues du Carosse). Une toile cirée protège la passagère du Carosse des projections de la roue arrière.

Arbre cyclo-généalogique :

- Emile Rigaud et sa femme, Jeanne : mes arrière-grands parents, du Havre
- leurs deux fils et belle-filles :
mon grand-père, Gildas, né en 1904, et sa femme Simone
Fernand et sa femme Denise
- mon père Claude, fils de Gildas, et sa femme Marie :
Mon père a fait Dunkerque-Hendaye en 1991, Paris-Brest-Paris en Audax en 1993, et beaucoup de cyclotourisme. Avec Marie, ce furent des dizaines de voyage, en France et à l'étranger : Norvège, Pologne, Portugal, etc. Bricoleur hors pair, mon père a fait construire tous ses vélos selon ses propres plans et les a équipés lui-même, sauf le dernier, un Look carbone...
- leurs filles :
Michèle : adepte du pignon fixe, Michèle a beaucoup roulé avant son mariage, elle a notamment fait le tour de l'Ile de la Réunion et d'autres
Hélène : jeune cyclotouriste, dès l'âge de quinze ans elle a accompagné nos parents sur les routes de France, en cyclo-camping
et moi... : j'ai commencé sur le tard, à 30 ans, après des années de tabagisme et de mauvaise hygiène alimentaire. Le chemin vers la performance en sport a été long mais la progression est gratifiante et j'ai encore des années devant moi !

Dans la famille, il faut aussi citer le frère de ma grand-mère Simone, Raymond Bertin, excellent sportif, bon nageur, qui avec son demi-frère André Bérubé, a participé à de nombreuses courses cyclistes, et Ausithe, la femme de Raymond, qui fit du tandem avec son mari.
De cette époque, on garde le souvenir de plusieurs grandes virées effectuées en tandem en famille : Bonneuil(94)-Le Havre, Bordeaux-Le Havre. C'était une époque où les cyclotouristes portaient des pantalons de golf...

La triplette dans sa version side-car, on voit que le guidon de la triplette a été changé.



Face à l'école Raspail, rue Raspail au Havre. Départ d'une promenade en compagnie de Fernand de Beaumont, beau-frère de Fernand Rigaud.

Ma grand-mère Simone et mon grand-père Gildas lors d'une balade de Deauville à Trouville - 1936

Mon grand-oncle Fernand et son épouse Denise sur leur tandem : on voit que le cadre et la fourche sont renforcés - 1936

C'est Gildas qui semble être à l'origine de cet engouement familial. Entre 1920 et 1924, Gildas a fait plusieurs métiers : employé-monteur chez le constructeur de cycles Richard au Havre, mais aussi monteur en chauffage central, et mécanicien auto. Durant la période où il est employé chez Richard, il construira pour son usage personnel les deux triplettes, le carosse, et le side-car. Ses trois métiers combinés et son habileté à travailler les tubes et à adapter les mécaniques de vélo l'ont encouragé à ouvrir son propre magasin de cycles en 1931.

Gildas connaissait de façon empirique les principes dimensionnels et géométriques de la construction de cycles. Dans son magasin, il emploie son beau-frère, André Bérubé, comme apprenti. André ira ensuite travailler chez les Cycles Richard comme monteur : il était payé à la tâche et montait 3 vélos par jour, y compris le rayonnage des roues et les accessoires tels que lumière, garde-boue, etc.
En 1939, mon grand-père est mobilisé et le magasin est fermé. En juin 1940, Le Havre est occupé par les Allemands, tout le quartier Saint-François est fermé et déclaré zone interdite, les magasins sont vandalisés.

Le Havre, Rue Saint-Jacques- 1941

En 1942, les bombardements alliés détruisent entièrement le quartier. En 1946, un local dans un baraquement provisoire est attribué à mon grand-père mais faute de garanties financières pour contracter un emprunt lui permettant de racheter un stock et quelques machines, il renonce à reprendre son activité. En 1954, lors de la reconstruction de la ville, un pas-de-porte en dur lui est attribué par la municipalité dans la nouvelle Rue Saint-Jacques. Mon grand père a alors un emploi confortable, son fils Claude est à l'armée et le pas-de-porte est vendu.


Mon père, Claude, en 1938 sur son premier vélo fabriqué par Gildas

Claude, à 17 ans, en pantalon de golf, à côté de son vélo Ramses I, (premier d'une série de quatre vélos Ramses) -
A l'avant, on voit le fanion du Touring Club de France. 1949

3ème vélo de Claude, Ramses II, en 1952, garé devant la tente fait maison... Ce vélo lui a coûté 31.000 francs, équivalent de son salaire mensuel


Voici Ramses III dans sa première version, en 1983.

Quelques détails techniques de Ramses III : 54 développements différents étagés de 1,50 m (18/26) à 10,50 m (64/13)... Eclairage permanent avec générateur et pile rechargeable. Inconvénients : lourd et mauvais rendement mécanique.


Il sera finalement transformé en Randonneuse avec sacoches et remorque...


Voyage en Norvège avec Marie - vélo Ramses III 2ème version - 1999

Marie en Norvège - 1999

En famille en Provence, dans l'effort dans le col de Braus -1994

Quelque part en balade, 1998. Remorque fait maison à partir d'un casier de La Poste...

Autre type de remorque, pour 4 cyclo-campeurs -1993

C'est bien elle !

Commentaires

  1. "54 développements différents étagés de 1,50 m (18/26) à 10,50 m (64/13)..."

    Question technique: Comment avait-il fait pour obtenir 54 développements ?

    Amicalement,
    Marc CCC n°289

    RépondreSupprimer
  2. ça fait 6 plateaux sur un pignon de 9..., 54 développements ... en théorie, et très lourd !
    A +

    RépondreSupprimer
  3. Quelle belle ascendance! J'adore ces photos.
    Le passé aussi, ça fait rêver...
    Amitiés
    Sophie

    RépondreSupprimer
  4. Pas de doute maintenant, tu as été vaccinée avec un rayon d'une roue de vélo ainsi que tous les membres de ta famille et quelle famille ...!!!
    Superbe ce récit.

    André

    RépondreSupprimer
  5. Hello Anne,
    Bravo pour tous ces exploits et ces pages qui se lisent comme un roman. C'est avec plaisir que j'ai découvert quelques-unes de tes photos, et particulièrement sur cette page où j'ai reconnu tes parents.
    De mon côté, je fais un peu de randonnée en montagne chaque été et j'en suis fier, même si ça n'a pas grand chose à voir avec tes exploits. J'ai moi aussi fait quelques pages web, comme par exemple ici : http://rando-oisans.blogspot.com/
    Bonne année sportive 2010 !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Anne,
    Il me semblait bien que j'avais oublié de me présenter, mais une fois le message parti, impossible de le récupérer pour le compléter... Donc celui qui fait de toutes petites randos en été, c'est Bernard, le voisin du 9 route de Rurange... Nos parents se voient encore de temps en temps.
    Merci en tout cas pour ton message !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire