A saute-montagne dans le Haut Verdon





L'utile et l'agréable
Je profite de tous les déplacements de Mark vers les sites de vol libre pour faire de nouveaux parcours vélo. Nous joignons ainsi l'utile à l'agréable : utile parce qu'un pilote de vol libre aime trouver son véhicule quand il arrive en bas et évite ainsi des  récupérations compliquées ou des navettes aléatoires; utile aussi parce que j'en profite pour découvrir de nouveaux lieux et j'évite la routine des circuits autour de la maison ; agréable enfin car rien de plus plaisant que de partager ce qui fait la richesse de nos aventures sportives respectives...

Alors que la France lutte contre la tempête et les pluies diluviennes, le sud-est est une fois de plus insolemment épargné. Pour une mi-novembre, les conditions sont exceptionnelles, aussi bien pour voler que pour aller rouler en moyenne montagne.


Au programme aujourd'hui, nous allons à Saint-André les Alpes, dans le Haut-Verdon. 
Première étape : repérer le site d'atterrissage  car c'est là que je vais revenir déposer la voiture. Ensuite, monter en voiture jusqu'au décollage : la route est spectaculaire, 8 km de montée que je ne voudrais en aucun cas monter en vélo, c'est tellement raide ! Nous voici sur le Mont Chalvet, je laisse Mark avec son matériel (deltaplane, harnais, casque et ... sandwiches) et je redescends à l'atterrissage.
Le décollage du Chalvet (source Aerogliss)
Pendant que Mark joue à saute-montagne, je joue à saute-cols
Je me suis préparé un circuit de 5 nouveaux cols. La chasse aux cols constitue l'une de mes principales motivations et me force à explorer de nouveaux coins. C'est un bon remède anti-routine. Pour être un bon chasseur de cols, il faut d'abord être bien équipé en cartes routières et  disposer des fichiers informatiques mis à disposition par le Club des Cent Cols, reliés à Géoportail.  Il faut aussi avoir du temps libre, être mobile et surtout avoir un VTT. Les cols routiers ne représentent guère plus de 10 % des cols, les autres étant classés "muletiers". Il y a  un peu plus de 10 000 cols au total référencés en France. Le recordman actuel a dépassé les 9500 cols. Précision importante : quand on parle de cols, c'est bien entendu de nouveaux cols dont il s'agit. Quand il est monté une fois, le remonter une autre fois dans l'autre sens n'ajoute rien...
Je ne me donne pas tous les moyens pour être un bon chasseur de cols parce que je ne fais pas assez de VTT. Donc cette année, je n'en aurai que 35 nouveaux (mais l'année n'est pas finie...), et je n'atteindrai pas les 500 cols. Ce sera un objectif pour 2011 !
Dans le Haut-Verdon, il y a plusieurs cols que j'ai passé de nombreuses fois en voiture, mais jamais en vélo. Me voici donc partie pour un circuit de 88 km et 1689m de dénivelé.

Le Lac de Castillon
Col de Toutes Aures
Je redoutais beaucoup de circulation sur cette route nationale un samedi, mais ils sont apparemment tous ailleurs... tant mieux. Ca roule bien sur le billard et je m'échauffe à bon rythme en longeant le lac de Castillon dont le niveau est assez bas. Passé Vergons et ses 3 églises, voici le col de Toutes Aures (1120m).

Chapelle Notre Dame à Vergons, XIIe :  du pur roman intégré dans le paysage

Col de Saint Barnabé
Demi-tour et descente rapide. Je suis heureusement incapable de prendre des photos en roulant et je  dois m'arrêter souvent car le paysage est fantastique. Il faudrait donner un nom de couleur spécifique aux eaux du Verdon, c'est un bleu vert outremer très particulier. D'ici, on voit le site du Mandarom, on devrait un jour aller visiter cette "spécialité" locale qui a fait beaucoup parler d'elle...

source Wikipedia

Lac de Chaudanne
Je tourne à droite vers Demandolx pour mon prochain objectif, mais c'est bien raide : 15% (mes cuisses et mollets le sentaient, le panneau l'a confirmé !). La route surplombe le lac de Chaudanne : encore un arrêt obligatoire que je me réserve pour la descente. Il me faut 10 km pour monter vers le Col de Saint Barnabé (1365m) mais ça vaut le détour.
La limite avec les Alpes Maritimes est toute proche
Col de Cheiron
En descendant, je m'arrête au barrage de Castillon sur lequel se trouve le plus grand cadran solaire du monde inauguré en 2009. J'essaye de comprendre comment lire l'heure, aucune indication sur place. Mais le site internet donne les explications nécessaires.
photo Denis Savoie


Comme cette photo en atteste, il est bien un peu plus de 14h. S'il était 6h, l'ombre serait sur le trait jaune. Question : quid du décalage d'une heure avec le soleil ?
Sur ma route en descente, le Col de Cheiron n'est pas indiqué, mais toutes les cartes le confirment, il est bien là (890 m).


Col de Lèque
Après Castellane, la route Napoléon est déserte et magnifique. Les 10 km de montée vers le Col de Lèque (1146 m) sont de toute beauté dans la splendeur de la lumière d'après-midi.
Castellane
La Clue de Taulanne et ci-dessous la Roche Percée

Col des Roubines
Après Barrême et le minuscule col des Roubines (987 m), retour rapide vers Saint-André où j'arrive 10 mn avant  mon rendez-vous avec Mark.

Beau vol de 2h10 pour Mark, vers le col du Défend au nord. A 2200 m d'altitude, il faisait 8 ° !


Commentaires

  1. Le verdon paysage sublime on l'a fait en vélo super simplement!Philippe

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour!
    On s'est croisé au DFU, ou aux Masters du Ventoux, mais pas de discussion!
    Je suis sur Digne les bains, pays du vol libre et du vélo... N'hésitez pas à me contacter quand vous etes dans le coin!

    Denis (denistissinier@wanadoo.fr)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire