Ice & Snow Trail de Chabanon

Cela fait plus de 5 mois que je n'avais pas mis un dossard et ça m'a paru bien long ! La dernière fois c'était le 17 août, avec Mark, pas loin de Milan, au départ du 1001 Miglia "randonnée cycliste" de 1000 miles non stop (1650 km). Ceci pour dire que j'ai eu le temps de mûrir mes objectifs...


Le naturel a finalement repris le dessus et je me suis encore une fois  imposé un objectif à contre-courant qui m'a contrainte à me bouger tout l'hiver. A contre-courant ? Oui,  car il faut bien avouer ici que je suis complètement nulle en trail, j'arrive classée dans les 10 derniers, comme d'hab ... .

C'est dans cet état d'esprit que mon inscription, d'abord anodine, au Snow Trail de Chabanon s'est transformée en voyage de groupe puisque j'ai convaincu une équipe de collègues et d'étudiants de se joindre à moi.  Accessoirement en effet, nous profitons de cette occasion pour faire une opération de communication pour notre établissement. Ce fut, somme toute, un peu laborieux à mettre en place, mais très sympa au final !



Nous sommes donc 14  avec nos jolis maillots sur la ligne de départ de ce Snow Trail de 10 ou 23 km. Lors du briefing, on* nous annonce d'emblée la couleur : "Vous allez tous prendre des gadins à cause de la glace". ça commence bien... l'avertissement est sévère car les chemins sont couverts d'une épaisse couche de glace. Il y a peu de neige et la glace affleurant, on ne la voit qu'au dernier moment. S'ensuivent donc des changements de trajectoire et d'allure constants, de belles glissades, quelques frayeurs mais pas de chute en ce qui me concerne ! 
photo  : akunamatata
Le départ est donné à 10 heures, il fait très gris et moins quelque chose, mais ce n'est pas glacial. J'ai opté pour un équipement en 3 couches, doubles gants, bonnet et guêtres. Je me suis inscrite sur le parcours de 23 km qui présente 750 m de dénivelée cumulée. Je suis assez rapidement en nage car on monte pendant les 2 premiers kilomètres et les organismes sont froids. Je profite de la longue descente qui vient pour retrouver mon rythme habituel : foulée régulière sur le plat, et je marche dès que ça monte : cette stratégie s'avère payante puisque je marche souvent plus vite que d'autres courent, et j'en profite pour récupérer.
photo : akunamatata
Le paysage n'est pas formidable, à cause de l'absence de soleil mais surtout parce qu'on est souvent dans la forêt, les seuls panoramas sur la montagne sont gris sur gris donc peu de photos... Le second ravitaillement à 12 km est bienvenu, je meurs de soif, partie sans camel back ni gourde.

photo : akunamatata
A mi-parcours, nous évoluons dans le massif forestier et j'entends des cris et des rires : me voici au pied d'une descente en rappel avec corde ! ça n'était pas prévu au programme, pas plus que la remontée avec corde de l'autre côté du ravin. Question pente, c'est le maximum ... je m'en sors péniblement et il s'ensuit une longue grimpée "hors piste" avec rubalise. A l'arrivée sur la crête, je mets beaucoup de temps à reprendre mon souffle.

Descente en rappel...

...pour remonter aussitôt
Le terrain est en fait très difficile à courir : la poudreuse, quand il y en a, absorbe l'énergie, c'est comme courir dans le sable. La glace me paralyse d'appréhension et je fais des pas de danseuse. Et quand il y a les deux ensemble, cela donne un terrain qui, au contact du pied, est comme un sentier où des chevaux auraient galopé: ce sont des trous durs qui font ployer les chevilles dans tous les sens. Je rêve d'un peu de plat... qui ne vient pas.

Dernier ravito, nous repartons sur un parcours en boucle sans doute pour rallonger un peu, puis remontée jusqu'à la station. J'ai la bonne surprise d'entendre "Encore 300 m !" alors que je ne m'y attends pas du tout, n'ayant pas de repère visuel en fin de parcours.
il me reste 3 km, ouf !
A l'arrivée, je suis assez contente, j'ai mis 3h30 et c'est ce que j'avais prévu ! Je quitte rapidement les lieux. Je ne suis pas trop cassée, malgré quelques crampes, tout va bien.

Cet article ne serait pas complet sans ces deux mentions spéciales : elles illustrent parfaitement pourquoi j'aime partager mon sport avec des gens qui se dépassent :
  • d'abord Mention "découverte" pour ma jeune collègue Mélanie qui, malgré de gros problèmes de santé, s'est inscrite, pour sa première course, sur le 10 km qu'elle a brillamment bouclé avec un classement très honorable : je lui souhaite d'y prendre goût et de continuer !

  • ensuite Mention "indestructible" pour Michel Roux, l'un des plus grands cyclosportifs nationaux, originaire de Digne (attention il y en a beaucoup), récemment -et partiellement- converti au trail, qui est capable à près de 50 ans d'arriver à 5 mn du premier : avec Michel on ne se voit qu'une ou deux fois par an, lui dans les premiers et moi dans les derniers, mais c'est toujours avec plaisir !
* "On" c'est Nicolas Lebrun, champion mondial de X-Terra et de Triathlon, organisateur de ce trail : encore un Dignois !

Commentaires

  1. Un reportage plus que sympa pour un évènement qui qui a l'air tout autant.

    Tu parles d'avoir une à te remettre de ta 1001 Migglia ? Puis je me permettre de demander pourquoi ? Vélo Blues ? (plus d'oabjectif), Pb physique ? etc ?
    Te et vous verra t on sur Paris-Brest-Paris cet été ?

    Je termine par un grand élan de soutien à ta collègue Mélanie. Un immense bravo à elle

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Cricri
    Merci de ton message :-) Après le 1001 Miglia j'ai eu du mal à me sentir à nouveau performante même si j'ai fait encore quelques belles sorties en automne (kilos, blessure, manque d'objectif : tout ceci est sans doute normal ...). PBP n'est pas au programme en ce qui me concerne, car je prépare l'Embrunman (en même temps). Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  3. Si j'ai bien compris courir sur la glace, c'est comme marcher sur des oeufs !
    Si le coeur t'en dit, de beaux trails blancs pas loin de chez moi - le Pilat Raidlight et le Sancy. Pour 2011. Espère être de taille à prendre le départ de l'un des deux l'année prochaine (trop bête, ils sont le même jour !).
    Ton prochain trail ? (puisque celui-ci n'était pas le dernier !)
    Super cette participation solidaire de l'IUT de Provence !!

    RépondreSupprimer
  4. Salut Pat ! merci de ton message, mon prochain trail ? rien de prévu en trail, mais la prochaine épreuve sera le marathon d'annecy avec 7000 autres coureurs le long du lac, ça va être beau !
    et toi ton prochain trail, c'est lequel ?
    Bises

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire