Route des Crêtes de Tende, épisode 3

Il y a une quinzaine de jours, nous avions été chassés de Tende (06) par la pluie alors que nous allions entamer notre 3ème journée de chasse aux cols dans les crêtes qui entourent la vallée.
L'anticyclone s'est enfin installé sur les Alpes du Sud et nous repartons pour finir ce que nous avions commencé.


Cette troisième étape concerne le nord-est de la route des Crêtes, au départ du Col de Tende (1870m), sur les routes "blanches" qui sillonnent la frontière franco-italienne. Nous nous y rendons en voiture via Barcelonnette, le Col de Larche et l'Italie. En route, nous cherchons en vain un camping : les Italiens raffolent des petits campings en pente où les tentes ne sont pas les bienvenues ! A force de passer notre chemin, nous nous retrouvons au Col de Tende : nous ferons donc du camping sauvage puisque la température le permet.

Après une belle nuit étoilée, nous sommes sur place pour démarrer notre périple et partons chargés à bloc de nourriture et de liquides : le ravitaillement est improbable.
Nous suivons à la lettre les indications du "Topo Alpes du Sud" du Club des Cent Cols et les récits détaillés disponibles sur le site internet. 
Pas besoin de traduction, on a compris
Le début de la ballade est rentable : environ 6 cols en une dizaine de kilomètres. Le col de Tende-est (1890m) qui se trouve juste après le Fort Central, le col de San Lorenzo (1801m) où se situe un refuge avec terrasse panoramique, le col de Cannelle (1882m) sans panneau, le colletto Ghias della Perla (2105m) côté italien, le col de la Perle (2083m) et celui de Boaira (2102m).
Le très joli col de la Perle où une "porte" centrale me fait penser à celui de Restefond


Taillée dans la roche, cette route n'est plus accessible aux véhicules motorisés
Plusieurs barrages artificiels empêchent les véhicules de passer, et à part quelques motos, nous sommes entièrement seuls. Sans aucune circulation, le revêtement est très meuble et les gros cailloux roulent sous les pneus rendant l'adhérence difficile.

Col de Plane 2219m
Voici le premier des cols que nous allons chercher hors itinéraire sur un sentier non cyclable. La règle du jeu des Cent Cols impose que le vélo soit poussé ou porté pour comptabiliser un col. Celui-ci impose un petit aller-retour de 45 minutes à pied. 

La route serpente dans le massif karstique des Alpes Maritimes, jardin d'été des spéléologues
Dans le massif karstique du Marguareis, nous franchissons les cols de Chevolail (2235m) , de Marguareis (2085m) et des Seigneurs (2111 m) où le refuge est ouvert, nous en profitons pour refaire le plein d'eau.

Nous retrouvons les alpages à partir du col de Celle Vieille (2099m) d'où nous allons chercher à pied, le vélo à la main, le col de l'Evêque (2161m). D'ici nous ne sommes pas très loin de la fin de l'étape n° 2 de la route des Crêtes de Tende sud-est.
C'est le point de demi-tour de notre sortie du jour. Nous repartons en sens inverse avec une halte au Fort Central qui est fermé à la visite mais dont le site mérite le détour.
Le Fort Central et son toit herbeux, sur le col de Tende
Cette balade nous a permis de franchir 14 cols, dont 11 à plus de 2000 m. Le parcours en aller retour représente environ 50 km pour  1800 m de dénivelée. Hormis le revêtement qui n'est pas toujours roulant, il n'y a pas de difficulté technique particulière.
Nous gardons de l'énergie pour le lendemain qui s'annonce plus difficile, sur les hauteurs du col de Morti.
Nous redescendons dans la vallée. Les villages traversés sont splendides. Nous passons la nuit dans la Valle Stura au couchant magnifique.

Commentaires

Publier un commentaire