A nous les grands cols !

Un seul objectif en cette fin août : profiter du beau temps dans les grands cols et optimiser notre bonne forme. Ce circuit faisait partie de nos projets de début d'été que la mauvaise météo ne nous avait pas permis de réaliser : il s'agit de faire la série Echelle (1762), Montcenis (2081), Madeleine (1752), Iseran (2764), Madeleine (1993), Télégraphe (1566), Galibier (2642) et Lautaret (2057) en trois jours au départ de Briançon. Sur ces 8 cols, 4 sont des "monuments", les autres peuvent être classés dans la catégorie intermédiaire, le dernier est en descente. Nous partons avec 4 kg de bagages, répartis à l'avant et à l'arrière, avec nos affaires pour 2 nuits.


Jour 1 - Briançon - Col de l'Echelle (1762m) - Col du Montcenis (2081m) - Lanslevillard - 108 km
Déjà beaucoup de circulation en ce samedi matin à Briançon, nous nous échappons par la vallée de la Clarée. De nombreux cyclistes, souvent italiens, parcourent le classique circuit Col de l'Echelle - Bardonecchia - Col de Montgenèvre - Briançon.
Le col de l'Echelle est une très courte montée, entamée dans la vallée de la Clarée, qui se poursuit par un plateau herbeux de toute beauté. C'est un parfait endroit pour le camping sauvage pour qui aime les nuits fraiches. La plongée en lacets vers l'Italie ne permet pas de pointe de vitesse mais le dénivelé est important. Bardonecchia, grosse bourgade qui a bénéficié des aménagements des JO d'hiver de Turin en 2006, est traversée rapidement. Nous y avions passé un week-end il y a quelques années, comme point de départ pour notre premier col à 3000 m en VTT.

Les ruelles du vieux village coloré d'Exilles dans la vallée de la Dora
Le village est niché au pied d'un fort massif et impressionnant
A Susa, nous bifurquons vers la gauche direction "Francia" : notre passage en Italie aura été bref. C'est maintenant que les difficultés commencent : 29 km de montée pour atteindre le Col du Mont-Cenis. Le vent du nord nous gêne dans la dernière partie et refroidit considérablement l'atmosphère. La dernière ligne droite avant les lacets est laborieuse.
Mais à l'arrivée au barrage, quelle récompense ! On en prend plein les yeux, les eaux turquoises du Lac du Mont-Cenis sont absolument magnifiques. Ce lac est si vaste qu'il m'est impossible de le photographier en entier...
Cette première étape n'est pas la plus difficile des trois. Il faut garder des forces pour demain et l'étape à Lanslevillard est un excellent compromis.

Jour 2 - Col de l'Iseran (2764m) -Val d'Isère - Bourg Saint-Maurice - Moûtiers - La Léchère - 1/2 col de la Madeleine - 129 km
Départ matinal vers l'Iseran pour 33 km de montée. Avant d'attaquer les choses sérieuses, nous avons repéré un petit col, baptisé Madeleine qui s'élève à peine de la route principale. Après cette diversion, nous traversons les villages typiques de Bessans et Bonneval-sur-Arc avant que la côte devienne sévère. Le massif de la Vanoise s'étale sous nos yeux et les glaciers étincellent sous le soleil.
 Il faut prendre son mal en patience dans de telles montées : nous discutons, prenons des photos et constatons que notre vitesse est bien ralentie par nos vélos chargés. Nous voici enfin au sommet du plus haut col routier de France : joli monument, petite église, c'est un passage historique.


Pour l'avoir descendu plusieurs fois, nous savons que ce côté de l'Iseran vers la vallée de l'Isère est d'une totale ingratitude : le très mauvais revêtement de la route, les nombreux tunnels, la circulation et le vent de face rendent que les 70 km jusqu'à Moûtiers assez inconfortables.

A Moûtiers, nous peinons à trouver notre route pour le col de la Madeleine : la route principale est interdite aux vélos, et il n'y en a pas d'autre apparemment. A force de tourner en rond, nous dénichons une piste réservée aux mobylettes (encore jamais vu de panneau comme ça !) qui nous amène sur la route de la La Léchère. Mais il est déjà 16h30 quand nous commençons les 27 km de montée pour le col de la Madeleine... Nous trouvons refuge à mi-chemin dans un minuscule hameau, quelques maisons dont un hôtel, ouf !
Une halte bienvenue dans ce village que nous découvrons dans son ensemble en le quittant


Jour 3 : Col de la Madeleine (1993) - Saint Michel de Maurienne - Col du Télégraphe (1566m) - Col du Galibier (2642m) - Col du Lautaret (2057m) - Briançon -124 km
Dans le petit matin ça va toujours mieux et j'ai retrouvé des forces pour grimper allègrement les 9 derniers kilomètres du Col de la Madeleine. En chemin, le Mont-Blanc se révèle. A l'exact opposé, c'est le glacier de la Meije. La visibilité est exceptionnelle.
Le Mont-Blanc domine nettement
 Descente rapide vers La Chambre puis nous traversons la vallée de la Maurienne, industrieuse et peu accueillante aux deux roues, qui voit pourtant défiler des milliers de cyclistes en été, entre la Marmotte, le BRA et autres réjouissances.
A Valloire, on sait parler aux cyclistes
A midi, nous bifurquons vers le Col du Télégraphe qui me semble plus difficile que d'habitude. Mais il est vrai que je n'ai jamais -contrairement à Mark- éprouvé d'aisance dans l'enchaînement Télégraphe-Galibier et ses 34 km de montée pour 2100m de dénivelée. Je serre les dents, je compte les cyclistes et je me distrais en prenant des photos. C'est un paysage admirable où nous repérons d'autres sentiers à parcourir un jour en VTT. A 16h00 j'y suis enfin, c'était la dernière difficulté du circuit. Le retour vers Briançon est rapide avec un vent dans le dos.



Commentaires

  1. comme d'hab, superbe récit et superbe balade. Elle me remémore plusieurs balades que j'ai pu réaliser ici.

    Bravo pour l'enchainement...

    en tout cas le triathlon semble oublié... COOL

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire