BRM 300 km : 14 cols en PACA

Je n'avais pas roulé sur un BRM (Brevet des randonneurs mondiaux) depuis près d'un an. Il faut dire que ces longues épreuves ont cet inconvénient de "consommer" beaucoup d'énergie et sont incompatibles avec l'entraînement de triathlon : il faut attendre une bonne semaine avant de pouvoir recommencer la course à pied, une semaine d'arrêt ça fait des dégâts dans la préparation.



Sophie
De l'énergie il en faut pour faire un BRM taillé par Sophie Matter. Non non, Sophie n'a pas disparu de la planète vélo, elle a simplement décidé de sortir d'une sphère où elle se sentait peut être trop exposée et a mis le point final à son blog, mais pas à ses aventures ! Depuis peu, elle propose ses talents d'expert des parcours du sud-est de la France au service des cyclistes qui ont envie de découvrir ce que la région offre de plus beau. Par le biais de sa nouvelle association "Provence Randonneurs", sont organisés des Brevets que je qualifierais de "musclés" au départ du village de Carcès (83). En 2012 sont au programme des Brevets de 200, 400, 600 et 1000 km, ainsi que deux randonnées de 600 km "Dauphiné Gratiné" et "Super Randonnée de Haute Provence". Y sont privilégiées les difficultés, les petites routes, et... les nuits de pleine lune !
Dans la forêt de chêne-liège

Le Brevet : préparation
L'avantage du Brevet est qu'il est effectué sans pression : pas de classement, seulement un généreux temps limite. Mais, mon petit chrono interne me dit que sur des épreuves longues, mieux vaut ne pas perdre de temps car les minutes gaspillées à traîner en route comptent double à la fin.
J'avais donc ma petite idée en tête de boucler ce BRM 300 et ses 14 cols pour 4700 m de dénivelé en moins de 15 heures. A titre de comparaison, j'ai effectué le BRM 300 de Gap l'an dernier en 12 heures (plus arrêts 30mn), sur un parcours très roulant en non drafting.
En guise de préparation, mon compteur affiche 2000km de vélo, environ 500 km de course à pied, et j'ai grimpé à peu près tout ce qui se présente autour de chez nous : comme tous les ans, je pointe mon catalogue de cols au printemps.
La presqu'île de Saint Tropez
Au départ de Carcès mardi matin à 4 heures, nous sommes environ 18 et je suis la seule femme. Sophie a fait le parcours dans les jours qui précèdent pour voir si toutes les routes sont OK et pour se rendre disponible pour l'organisation. Le vélo est équipé en mode nuit (lampe avant, 2 lampes arrière) et je rayonne de bandes réfléchissantes (dos, casque, arrière des chaussures).  Après les accidents mortels de nuit l'an dernier, la sécurité est ma priorité. J'ai une sacoche avant où je case le maximum de ravitaillement pour minimiser les arrêts. Comme à mon habitude, malgré ma préparation alimentaire des 3 jours précédents, je mange beaucoup en route, peu mais souvent.
Les roches granitiques du massif des Maures

En bonne compagnie
Après un petit déjeuner proposé par Sophie, Bernard et Papou, nous partons dans le premier groupe de 4. Le hasard fait que mes compagnons de route ont toutes les qualités requises et je me bats pour les garder jusqu'au bout : ils montent plus vite que moi, mais je descends (beaucoup) plus vite qu'eux. Et ça m'arrange bien d'avoir des lièvres devant moi donc je donne tout pour les rattraper dans les descentes et prendre de l'avance avant la montée suivante.  En outre, l'un deux connaît parfaitement le parcours, inutile de sortir ma feuille de route, je n'ai qu'à suivre et suis gracieusement attendue quand c'est nécessaire. J'ajoute aussi qu'ils sont très silencieux -ne se connaissant pas entre eux- ce que j'apprécie particulièrement car j'aime rouler en silence et j'évite les bavards.

Quel parcours !
Quant au parcours, il mérite bien son titre : 14 vrais cols, auxquels s'ajoutent de longues montées vers des villages perchés. Les routes choisies sont exceptionnelles : on traverse le massif des Maures par un piste DFCI goudronnée qui comporte 3 cols. De là, vue sur le golfe de Saint-Tropez au petit matin. Chemin faisant, on traverse les superbes villages de Roquebrune, Bagnols, Callian et Saint-Vallier : autant d'endroits où je me dis que j'ai envie de revenir faire un tour ! Commence ensuite la respectable montée vers les cols de Bleine qui culmine à 1435 m et ses 3 cols intermédiaires. La bascule est tout en contraste, le côté nord est plus alpin et verdoyant, plus gris aussi car il commence à pleuvoir doucement. Après Castellane, nous remontons les gorges du Verdon jusqu'à Moustiers dans la circulation puis cap au sud vers le Var et Carcès.

Un train à prendre...
Alors que nous sommes au contrôle de Saint-Auban (06) au km 183 vers 15h, l'un d'entre nous, Parisien, nous informe qu'il a un train à prendre à 22h à Aix-TGV et il est manifestement soucieux. Pour moi, c'est l'aubaine car cette perspective va nous booster et me permettre d'atteindre mon objectif des 15 heures.
Comme à mon habitude, je me sens beaucoup mieux dans la 2ème partie de l'épreuve. J'ai gardé des réserves sous la pédale et j'ai bien géré mon effort. Toujours très régulière, je donne tout sur le retour et nous menons un train d'enfer. Le retour est donc très rapide et nous pointons à Carcès à 19h22.

Quelques chiffres 

14h45 de selle pour 306 km à 21,5 de moyenne. 40 minutes d'arrêt au total. Dénivelé 4700 m. Au km 180, nous avions déjà 3300 m de dénivelé. 6800 calories. Moyenne cardiaque 134. 7 nouveaux cols à ajouter ma liste du Club des Cent Cols : total : 624.

Commentaires

  1. Magnifique BRM et brillante prestation :-)
    En effet c'est du costaud car le BRM 300 de Grenoble n'a que 2500 m D+ (par contre le BRM 300 montagnard, qui aura lieu cet été, bien que d'un profil totalement différent (3 gros cols) est plus comparable)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brigitte, en plus je trouve que faire un 300 est mieux question distance et gestion du sommeil. Quel est le 300 montagnard dont tu parles ?

      Supprimer
  2. Denis (de Digne)11 mai 2012 à 11:45

    Si j'avais su qu'il y avait un truc comme ça, je serais peut etre venu! Tiens moi au jus pour le prochain BRM s'il n'est pas trop long!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon alors prépare toi pour le BRM 400 du 1er juin : Carcès Mont Ventoux et retour par de très jolies petites routes. Je n'y serai pas personnellement mais c'est un très beau parcours. Toujours prêt pour le DFU et ses 7 cols ?

      Supprimer
    2. Je fais tout pour!
      Le 1er juin je bossais...
      Demain je me mets en quette d'un bon éclairage, car je pense que je finirai de nuit!

      Denis

      Supprimer
    3. oui oui toujours pret! Demain je me mets en quette d'un bon éclairage, car je pense que je vais finir de nuit!

      Denis

      Supprimer
  3. comme d'hab totale maitrise d'anne sur un magnifique parcours. Respect et Bravo... et vice versa :)

    RépondreSupprimer
  4. Merci Cricri, j'espère te croiser un jour sur ce type de parcours dont tu es amateur aussi !

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Anne,
    Je te transmets une photo de l'arrivée à Carcès :
    https://plus.google.com/photos/112183320801967714375/albums/5742848618271530849
    Pour info, j'ai largement eu mon train ; arrivée Paris : 2h du matin ;
    Dure (mais magnifique) journée !
    A refaire sur le 400 ...

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Guillaume ! oui, c'était une magnifique journée et nous avons eu de la chance côté météo quand on voit ce qu'il tombe maintenant ici! Bon courage pour le 400. Si tu en es, fais moi signe car le parcours passe près de chez moi, on pourra faire un bout de route ensemble !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne,
      Je prends le départ du 400.
      A priori, si les conditions sont bonnes, nous devrions passer à Sault vers 15H ...
      G

      Supprimer

Publier un commentaire