VTT à 3000 m dans le Queyras

Un peu d'acrobatie pour atteindre le col sud de Cristillan 
 En ces derniers jours de vacances, nous prenons la direction de Ceillac dans le Queyras pour une courte escapade. Les VTT sont dans le coffre : c'est décidé, nous allons faire un circuit de 4 cols à 3000 m. Parce qu'on en veut toujours plus, ce sont maintenant les cols à 3000 qui nous attirent : les Alpes du Sud en ont de nombreux, reste à voir s'ils sont accessibles en vélo et quel est le pourcentage de poussage et de portage ...


La sortie commence bien :  en quittant Ceillac vers l'ouest, nous montons 6km sur une route goudronnée puis sur une belle piste. Mais après le dernier parking, le sentier serpente dans la forêt de mélèzes, il est  caillouteux et plein de pièges : trop technique pour nous ! Le poussage du vélo commence. Quelques replats et portions plus faciles nous permettent de remonter sur le vélo, mais pas pour longtemps...

Mark m'attend, comme d'habitude je traîne

la vallée du Cristillan
Evidemment, en commençant le circuit à 1600 m d'altitude, on atteint rapidement la limite des arbres, puis les alpages qui carillonnent autour de la cabane du Douanier (eau). La très belle vallée du Cristillan se déroule et on aperçoit bientôt le but de notre sortie : les cols qui entourent la Tête de Cula.
Après les alpages, nous entrons dans le minéral et cette montagne en est riche : rose-orangé sur un versant, et vert sur l'autre. Toujours en poussant le vélo, nous croisons quelques randonneurs qui s'étonnent de nous voir monter des vélos là-haut...
Col de Cula
Même à 3000 on pédale (pas pour longtemps !)
Le sentier vers la Tête de Cula a été refait cette année, il est large et très bien marqué, aucune hésitation sur l'orientation mais beaucoup trop raide pour espérer monter en pédalant. La progression devient plus difficile dans le dernier kilomètre, fait d'épingles très courtes sur un lit de cailloux. Le col de la Cula est en vue et nous y déposons nos vélos avec satisfaction. Devant nous, le mont Viso et le col du Longet où nait l'Ubaye. Un aller-retour de 600 m est nécessaire pour atteindre le Pas de Cula. Le passage le long de la Tête de Cula n'est pas facile mais pas insurmontable. Il suffit de mettre le vélo côté pente et de le porter par la selle et le guidon et ça passe. Retour au Col de Cula et nous partons vers l'est sur la crête, le panorama sur les Ecrins et l'Oisans est splendide. Le chemin de crête est bien marqué et jonché de grosses écailles minérales bien stables et pas glissantes. Les deux cols de Cristillan nord et sud encadrent un pic. Le col nord est atteint facilement. Pour aller au col sud, c'est un peu plus compliqué. En longeant ce pic côté sud, le sentier est bien tracé et horizontal mais il est à flanc d'une pente minérale : pas question de monter sur le vélo. L'escalade de ce pic est un peu acrobatique mais si on prend son temps pas impossible... et on débouche derrière vers le col sud du Cristillan, qui n'est pas un 3000 mais qui est bien le plus difficile d'accès !

La descente est usante dans le premier kilomètre, à flanc de montagne dans les marbres verts. Les épingles et le dénivelé font de cette portion de loin la plus rebutante. Dès les alpages, la descente est à nouveau cyclable et très rapide jusqu'à Ceillac. Retour à la voiture un peu cassés, mais pas de bobo c'est le principal.


Vallée de Saint Véran

Nous allons suivre le sentier à gauche de cette arrête et la contourner vers la droite pour tomber sur le Col sud de Cristillan
Sources de l'Ubaye et col du Longet . Au centre de la photo, une petite croix blanche, c'est un avion écrasé il y a plusieurs dizaines d'années
Les carrières de marbre vert (serpentine)
Bilan : 
35 km de VTT en 6h30, 1800 m de D+
4 nouveaux cols : 
Col de la Cula 3070 m
Pas de la Cula 3085 m
Col nord de Cristillan 3032 m
Col sud de Cristillan 2957 m

Total ascensions validées par le "Club des Cent Cols"
- nouveaux cols à plus de 2000 m : 113
- dont nouveaux cols à plus de 3000 m : 9

Commentaires

  1. 4 cols aussi hauts, c'est clair que ça le fait. Bravo et merci pour les superbes photos & reportage comme d'hab

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait accessible pour quelqu'un de ton niveau ! Reste à aimer pousser le vélo ... A bientôt

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui c'est vrai Guillemette : dans ce type de sport, on est jamais déçu par le paysage !!

      Supprimer
  3. Eh bien... toi aussi tu sais prendre de la hauteur (-:
    Quel plaisir de regarder ces photos - un sacré bol d'air - merci!

    RépondreSupprimer
  4. J'adore le Queyras, magnifique !!
    je déteste pousser mon vélo mais là ça vaut le coup !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire